Pages

lundi 3 août 2015

How many possible fat men in the doorway ?


                                                           Alamogordo NM 1945 


Tout le monde a lu "On What there is" de W.V.O. Quine (1948) , et ce passage célèbre :


"Take, for instance, the possible fat man in that doorway; and, again, the possible bald man in that doorway. Are they the same possible man, or two possible men? How do we decide? How many possible men are there in thatt doorway? Are there more possible thin ones than fat ones? How many of them are alike? Or would their being alike make them one? Are no two possible things alike? Is this the sameas saying that it is impossible for two things to be alike?"


Je me suis toujours demandé pourquoi Quine prenait cet exemple d'un gros homme possible dans l'embrasure d'une porte. Pourquoi un gros homme ? Quel gros homme ? Un collègue corpulent du philosophe de Harvard ? Je me suis posé ces question parce que Quine a l'habitude, dans ses exemple, de faire des allusions bien précises. Par exemple je suis sûr que "Ralph" et "Orcutt" , deux personnages de "Quantifiers and propositional attitudes", dont l'un croit de re  ou de dicto que l'autre est un espion ( tiens? est-ce que "l'autre" dans cet énoncé est de re ou de dicto ? ) sont des personnages bien réels, ou des personnages de fiction connus. Mais je n'ai pas trouvé encore la clef.

Pour "Fat man" je crois que j'ai trouvé;  voir :
    

Le Monde, 18.07.2015 

"La veille, le 15 juillet, la bombe à fission « Little Boy », semblable à celle testée à Alamogordo, avait été embarquée à bord du croiseur Indianapolis à destination de l’île de Tinian, dans le Pacifique. Le 6 août, elle était larguée sur la ville japonaise d’Hiroshima. Une autre bombe de ce type, nommée « Fat Man », était ensuite larguée sur Nagasaki le 9 août. Elles ont tué quelque 220 000 Japonais au moment de leur explosion, auxquels sont venues s’ajouter plus de 200 000 personnes mortes ultérieurement de doses mortelles de radiation."
                                              How many possible fat men in the doorway ?

  Le gros homme a fait une réapparition dans l'expérience de pensée du Trolley problem, où il s'agit cette fois de lancer un gros homme sur une voie pour éviter la mort de plus de gens encore. Mais je doute que les concepteurs de cette histoire aient eu cette fois en vue la bombe atomique "Fat man". Mais on ne sait jamais.
    

9 commentaires:

  1. Y a-t-il une logique dans ces noms propres ? Énigme difficile à dé-krikper…
    Quant à « Fat Man », il a bien sûr été évoqué dans le récent documentaire sur Arte consacré à Von Neumann. Non seulement il n'en est pas resté à son statut de simple possible, mais il ne s'est pas contenté non plus de l'embrasure de la porte. On pourrait aussi bien se poser la question : pourquoi cette « doorway » ? L'étroitesse de ce cadre n'empêche pas la multiplication illimitée des entités, tout en rendant incertaine leur identité (No entity without identity!)
    Une notice sur Stalnaker nous informe que le Rudolf Lingens de Frege est le cousin de Bernard J. Orcutt. Mais ce cousinage n'est qu'une manière parler et cela ne nous avance guère dans la résolution de l'énigme. Ce qui est dans l'ordre des choses lorsqu'on parle d'espions.
    Affaire à suivre...

    RépondreSupprimer
  2. Erratum : ...dé-kripker..., bien sûr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait "the fat man" est une description, non pas un nom propre. selon Quine elle peut être éliminée par paraphrase "l'homme qui grossize" .

      Supprimer
    2. "Fat man" est bien un nom propre lorsqu'on lui fait dénoter, en tant que nickname, la bombe atomique; même chose pour "Little boy".
      Ensuite ce sont bien les noms propres qui, chez Quine, sont éliminables au profit d'une description, comme "Socrate" qui devient "la chose socratisante" ou "Pégase" "la chose pégasante". On ne peut pas dire qu'une description est éliminée par une autre... Ou alors, dois-je revoir mon Quine ?

      Supprimer
    3. "le gros homme possible" est une description, mais en effet "fat man" comme nom de bombe A est un nom propre. Si c'est un nom propre , il doit être pour Quine éliminé au profit d'une description.Ai je dit le contraire?

      Supprimer
    4. Le malentendu vient d'un lapsus (clavieri) dans votre phrase:
      ""the fat man" est une description, non pas un nom propre. selon Quine elle peut être éliminée par paraphrase "l'homme qui grossize".
      Au lieu de "elle" (qui se rapporte à "description") il fallait écrire "il" qui se rapporte à "nom propre".

      Supprimer
    5. dont acte.
      cela dit pour Quine les descriptions comme les noms propres doivent disparaître au bénéfice de paraphrases russelliennes, comme les contenus des magasins au moment des soldes : toute doit disparaître, pour ne laisser place qu'à des quantificateurs, des variables et le signe d'identité.

      Supprimer
  3. Kripke n'a pas l'humour de Quine.

    Rudolf Lingens a toujours été aussi une énigme pour moi. Mais Frege est plus explicite: il parle du docteur Lauben , qui je crois ( à vérifier) était un de ses voisins.

    Bref les philosophes ne cherchent pas loin leurs exemples. Quand Aristote parlait de Callias et de Coriscos, ce devaient être des gens du coin.

    RépondreSupprimer